Accéder au contenu principal

Chroniques des lectures du club - Année 2

 

Coucou mon roseau,

Je poursuis les chroniques des lectures faites dans le cadre du club de lecture de l'année 2 c'est-à-dire d'août 2021 à juin 2022.


7/ La fille au sourire de perles / Thème Le pays des milles collines

Genre: Témoignage

Pages: 330

Edition: Pocket

Incipit: 

La veille de l'enregistrement de l'émission d'Ophrah, en 2006, j'ai retrouvé ma sœur chez elle, dans son appartement d'une cité d'Edgewater, où elle vivait avec ses trois enfants. Si Claire les avait tous mis au monde avant l'âge de vingt-deux ans, elle le devait à son ex-mari, un travailleur humanitaire qui l'avait poursuivi de ses assiduités dans un camp de réfugiés.

Résumé: On suit Clemantine: elle nous raconte comment elle a été obligée de fuir avec sa sœur son pays natal, le Rwanda, comment elle a été séparé de ses parents et comment elle a été balloté de camps de réfugiés en camps de réfugiés. Elle finit par atterir aux Etats-Unis. On a fait deux temporalités: le passé - la fuite du Rwanda et le présent - sa vie actuelle aux Etats-Unis. 

Avis: C'est un récit poignant. L'alternance des temporalités permet de souffler dans ce récit qui est difficile à lire de part les épreuves qu'affrontent les deux sœurs. Elle raconte avec franchise mais sans tomber dans le pathos. Le titre anglais nous éclaire sur les intentions de l'autrice : The girl who smiled beads: A story of war and what comes after. Elle veut nous montrer les conséquences de la guerre: comment on survit au traumatismes de la guerre.

Autres citations:

Lorsque j'étais une enfant comme les autres, je vivais à Kigali, au Rwanda, et j'étais une petite fouineuse plutôt précoce. Mon surnom était Cassette. 

 

8/ L'ombre animale / Thème Poussières d'étoiles

Genre: Roman

Pages: 284

Edition: Points

Prix: Littérature-Monde & Louis-Guilloux

Incipit:

je suis le rare cadavre ici qui n'ait pas été tué par un coup de magie, un coup de machette à la nuque ou une expédition vaudou, il n'y aura pas d'enquête, de prestidigitation policière, de suspense à couper le souffle comme dans les films et les romans - et je le dis tout de suite, ce n'est pas une histoire -, je suis morte de ma belle mort, [...]

Résumé: Dans ce roman, on suit la narratrice qui est morte. Elle nous raconte ce qu'a été sa vie. Chaque chapitre correspond à une personne qui a compté dans sa vie. La forme est particulière : très peu de ponctuation (aucun point, aucune majuscule).

Avis: Makenzy Orcel nous surprend par la forme de son roman: on a l'impression que la narratrice a besoin de raconter son histoire vite avant de disparaitre à jamais. Sa vie a été très dure. TW : on a pas mal de violence dans ce livre. Mais personnellement, j'ai été touchée encore une fois par la plume de Makenzy Orcel. Un livre qui ne plaira pas à tout le monde mais qui m'a beaucoup touché.


9/ Les 4 filles du révérend Latimer / Thèmes Douceurs d'hiver

Genre: Roman

Pages: 537

Edition: Archi Poche

Incipit:

Edda et Grace, Heather et Kitty. Deux jumelles et deux autres jumelles, les filles du révérend Thomas Latimer, pasteur de l'église anglicane Saint-Marc de Corunda, ville et comté de Nouvelle-Galles du sud, en Australie.

Résumé: Australie, 1925. On suit deux paires de jumelles qui décident de devenir infirmière en partie pour fuir leur mère et pour ne pas être apprécier uniquement pour leur physique. On les suit pendant plusieurs années dans leur vie professionnelle et leur vie amoureuse. A travers leur histoire, on suit l'histoire des femmes et de l'Australie.

Avis: Mon avis sur ce roman est mitigé. J'ai trouvé ce roman est un poil long. Les sœurs sont un peu stéréotypées. Les relations amoureuses de certaines sont problématiques voire toxiques. A côté de cela, l' autrice développe bien l'aspect gestion d'un hôpital (vu que c'est son métier) et elle distille quelques réflexions sur l'indépendance des femmes. 

Autres citations:

- Les femmes sont aussi intelligentes que les hommes, mais on leur apprend dès le plus jeune âge à tenir cette qualité pour une faute, alors elles la cachent. Papa, lui ne nous a jamais poussées à dissimuler nos capacités intellectuelles. Elle soupira: - Maman, elle, a bien tenté de le faire mais en vain.

10/ A nos humanités révoltées / Thème Ca rime

Genre: Poésie

Pages: 47

Edition: Premiers matins de Novembre

Incipit: 

Des racines nées

La nuit dans mon dos me pousse vers d'autres soleils. / Le sol ne donne  plus de droit. / Je dois sauter devant. 

Résumé: Kiyémis nous livre une poésie percutante et accessible pour retranscrire l'expérience d'être noire en France.

Avis: Beaucoup de personnes qui ont lu ce livre ce sont reconciliés avec la poésie. C'est une poésie qui va droit au cœur: la forme et le sens entremêlés donne une poésie forte et accessible. Mon seul regret: le livre est bien trop court. Mais c'est plutôt bon signe ;) A LIRE


11/ L'esclavage raconté à ma fille / Thème Le bruit des chaines

Genre: Essai

Pages: 179

Edition: Points

Incipit:

La France se dit nation civique. Elle a raison. Même en ce moment où resurgit en tintamarre un lamentable nationalisme tribal. Elle est nation civique par sa source dans la Révolution qui casse les privilèges et prône l'égalité, par ses origines en ce 14 juillet 1790 au Champ-de-Mars, par ses intentions de rassembler les citoyens dans une communauté de destin; elle est civique en ce qu'elle transcende le groupe, la tribu, l'ethnie, la race et le sang.

Résumé: Cet essai est un dialogue fictif entre Christiane Taubira et sa fille ado autour de l'histoire de la France et notamment l'esclavage. 

Avis: La forme du dialogue permet une lecture fluide. Le fait qu'elle s'adresse à une adolescente rend les réponses simples et didactiques. Elle parle forcément de la loi dite Taubira, d'une possibilité de la répartition du préjudice moral qu'on subit les esclaves. Bref cet essai est facile à lire et en apprend beaucoup sur les faces cachées de l'histoire de la France. L'esclavage a encore un impact important sur la sociète d'aujourd'hui donc A LIRE ABSOLUMENT.

Autres citations

- Mais grâce à ta loi, la traite et l'esclavage seront enfin reconnus crime contre l'humanité ? - Ce n'est pas ma loi. Il y a une habitude qui consiste à accoler à une loi le nom de l'auteur de la proposition. Mais toute proposition de loi amendée et votée devient une loi de la République.

Alors qu'as-tu pensé de ces chroniques flashes ?

A la semaine prochaine

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exercice d'écriture #1

  Coucou mon roseau, Tu le sais peut-être mais j'écris à mes heures perdues. J'ai publié 2 recueils de poésie. J'adore écrire sous la contrainte oui je sais un peu maso c'est comme ça. Et sur mon compte perso, je publiais tous les mois un exercice d'écriture. Et j'ai très envie de reprendre donc voilà déjà l'exercice de Janvier. JANVIER Consigne: “Il y a deux tragédies dans la vie : l’une est de ne pas satisfaire son désir et l’autre de le satisfaire.” Que t'inspire cette citation d'Oscar Wilde dans L'éventail de Lady Windermere? La réponse peut être un poème, texte, essai, chanson etc. Rendez-vous le 1er Février pour échanger nos textes. A la semaine prochaine 

La boutique c'est fini ?

Coucou mon roseau, Les coffrets Roseaux Pourpres, c'est fini ? J'ai créé les Roseaux Pourpres dans ma tête toute seule en Mai 2020 : je te passe les détails - après une grosse insomnie de 2 semaines, je ponds ce qui va devenir le coffret club et miracle le sommeil revient. Mais voilà ! Je n'y connais rien. Je choisis un prix comme si j'étais cliente à la louche. Et dès la première box : j'ai des personnes qui achètent : joie immense. Je vis 1 an et demi dans un gros rêve et euphorie. Mais en Décembre 2021, il faut se rendre à l'évidence : je ne gagne pas d'argent, pire j'en perds. Je décide d'augmenter mes prix la quasi-totalité de mes abonnés s'en vont. Grosse désillusion et grosse remise en question pendant encore 1 an. Mais j'ai quelques personnes qui restent ! MERCI ! Mais à un moment, il faut voir la vérité en face. Constat: pas de véritable engouement pour mes coffrets. Une charge mentale assez conséquente. Une remise en question sur mo

La saison des fleurs de flamme

 Coucou mon roseau, Aujourd'hui, je te donne mon avis sur la lecture de mon club de lecture #cdlroseauxpourpres qu'on a lu ensemble au mois de Novembre dernier. L'auteur :  Né en 1979 au Nigéria.  Il est journaliste. Il a écrit en 2014: un recueil de nouvelles dont le titre original est The whispering trees . Son premier roman dont le titre original est Season of crimson blossoms publié en 2015 est le livre dont on va parler aujourd'hui. Le roman C'est un assez long roman qui fait 418 pages. Il est divisé en deux parties: La renaissance d'Hajiya Binta et le passé d'Hassan, elles-mêmes divisées en petits chapitres avec des titres très originaux. Dans ce roman, on suit l'histoire d'amour de Binta, une femme d'une cinquantaine d'années et Hassan, un trentenaire. Cette relation va bouleverser leur quotidien bien réglé premièrement parce qu'ils vont se cacher pour vivre leur histoire d'amour et deuxièmement les deux vont murirent avec cet